Connectez-vous S'inscrire
Infosbar - Tendances - Bars - Cocktails - Mixologie
#Bars #Cocktails & #Business
Facebook
Twitter
YouTube
Instagram
LinkedIn
Tendances Bars Cocktails

Tendances Bars Cocktails

Connectez-vousS'inscrire

Finistère : Débits de boissons, pas de licence sans formation

Rédigé par le Jeudi 23 Août 2007

À compter du 17 janvier prochain, pour exploiter un débit de boissons, les professionnels devront obtenir un « permis d’exploiter ». Pour cela, ils devront effectuer un stage de vingt heures au cours duquel seront abordés les dangers du métier de débitant.





Ils sont neuf professionnels de l’hôtellerie à suivre la première formation de l’UMIH (1), à Quimper. En vue d’obtenir le « permis d’exploitation » qui sera obligatoire à compter du 17 janvier 2008 (2), ces cafetiers, gérants de discothèques et autres nouveaux exploitants de brasseries sont soucieux de redorer le blason de leur profession, mais également de faire face à leurs responsabilités.

Vingt heures de stage répartis sur trois jours pour mieux appréhender les dangers du métier de débitant de boissons et prendre ses responsabilités d’exploitant. Neuf points sensibles sont abordés : la prévention et la lutte contre l’alcoolisme, la répression de l’ivresse publique, la protection des mineurs, le tabac, la lutte contre le bruit, la lutte contre la discrimination, la réglementation relative aux stupéfiants, la fermeture administrative et judiciaire et, enfin, la responsabilité civile délictuelle et pénale du personnel physique et moral.

Maîtriser, sensibiliser et responsabiliser
« Cette formation n’a pas vocation à vous apprendre votre métier, mais les textes et les lois réglementaires de notre profession », explique Jean-Marc Le Carour, formateur UMIH. « Il vaut mieux prendre le temps de se former maintenant. Prenez l’exemple d’une personne qui achète une voiture sans avoir le permis de conduire. Elle possède une voiture, sait comment elle roule, mais n’a aucune idée de la signification des panneaux de signalisation, poursuit-il, en restauration, c’est la même chose. Jusqu’alors n’importe qui était autorisé à ouvrir un établissement et ce, sans aucune formation.

Source : letelegramme.com