Connectez-vous S'inscrire
Infosbar - Tendances - Bars - Cocktails - Mixologie
#Bars #Cocktails & #Business
Facebook
Twitter
YouTube
Instagram
LinkedIn
Tendances Bars Cocktails

Tendances Bars Cocktails

Connectez-vousS'inscrire

Les créanciers de Belvédère tenteraient une reprise hostile de la société

Rédigé par le Lundi 12 Octobre 2009

La direction de Belvédère accuse certains créanciers de tentative de reprise "hostile" de la société. De leur côté, les créanciers pointent de nombreuses dérives dans la gestion du groupe. Endetté à hauteur de 550 millions d'euros, le groupe français de spiriteux est sous procédure de sauvegarde.





Les créanciers de Belvédère tenteraient une reprise hostile de la société
"Le fonds d'investissement Oaktree a récupéré une partie de notre dette. Il fait tout pour déstabiliser notre groupe, qui l'intéresse d'autant plus qu'Oaktree est propriétaire d'un de nos principaux concurrents, le fabricant de vodka Polmos Lublin", explique Me Alain Ribeyre, avocat de Belvédère.

"Nous sommes témoins d'une tentative de reprise hostile et sans précédent par des fonds d'investissements agressifs", renchérit Krzysztof Trelinski, l'un des fondateurs et principaux actionnaires de Belvédère.

Belvédère, endetté à hauteur de "550 millions d'euros", a été placé sous procédure de sauvegarde en juillet 2008 avec un délai de six mois, afin de lui permettre de procéder à sa restructuration financière. Ce délai avait été prolongé en janvier dernier.

Bruce Willis soutient Belvédère
Dernier en date, l'annonce de l'entrée prochaine du célèbre acteur américain Bruce Willis au conseil d'administration. Une déclaration qui a fait bondir le titre en Bourse de 24% en moins de 24 heures.
Bruce Willis ne sera pas totalement dépaysé puisque l'acteur français Jean Reno figure déjà parmi les actionnaires. "M. Willis (déjà sous contrat publicitaire pour la vodka Sobieski, marque phare de Belvédère, NDLR) veut participer activement au développement de la stratégie", déclare à l'AFP le PDG Jacques Rouvroy, sans préciser le montant de la participation de l'acteur. Il est "très conscient de la guerre économique dans laquelle nous sommes engagés", ajoute le PDG, une allusion à la bataille qui fait rage entre dirigeants et créanciers dans la presse et devant les tribunaux...

Suite de l'article de lexpansion.com






Dans la même rubrique :
< >