Connectez-vous S'inscrire
Infosbar - Tendances - Bars - Cocktails - Mixologie
#Bars #Cocktails & #Business
Facebook
Twitter
YouTube
Instagram
LinkedIn
Tendances Bars Cocktails

Tendances Bars Cocktails

Connectez-vousS'inscrire

Web et publicité des vins & spiritueux

Rédigé par Laura Schram le Samedi 7 Juin 2008

Après notamment le Parisien condamné par la cour de cassation à Noël dernier, Heineken obligé de fermer son site Internet, ou encore Moët et Chandon, c’est au tour d’Interloire de faire les frais de la législation autour de la publicité des vins et spiritueux. Les viticulteurs et professionnels du milieu, communicants comme journalistes ne savent plus comment parler de leurs produits…





Publicité publiée dans Oman Economic Rewiew
Publicité publiée dans Oman Economic Rewiew
L’ANPAA, association nationale de prévention contre l’Addiction et l’Alcoolisme a gagné son bras de fer judiciaire contre Interloire, l’interprofession des vins de Loire, pour une campagne de communication éditée en 2006. Celle-ci intitulée « Cabernet d’Anjou. Qui ose dire que jeunesse ne rime pas avec délicatesse ? » a été interdite à la publication le 22 mai dernier par la Cour de Cassation. Elle a en effet été jugée comme « incitant les jeunes à boire de l'alcool », et ce malgré la précision d’Interloire réfutant cibler les jeunes. Leur objectif, affirment-ils, était de mettre en avant la caractéristique de ses vins de Loire se consommant « jeunes » (terme œnologique).

Cette interdiction jette un froid dans le milieu des vins et spiritueux, assaillis de poursuites judiciaires et ne sachant plus comment parler de leurs produits… Leur communication devient en effet de plus en plus délicate, encadrée par une loi Evin vieillissante (datant de 1991) et par la santé publique attentive à réduire les problèmes des excès de la consommation d’alcool. La législation en vigueur floue sur certains points ne répond plus aux questions des professionnels ayant des difficultés à cerner les limites de la légalité et celle entre promotion de leurs alcools et promotion de l’alcoolémie. Ce problème concerne les communicants mais aussi les journalistes pouvant eux aussi être poursuivis.

L’une des principales confusions actuelles concerne le silence législatif autour d’Internet. Ce nouvel outil de communication inévitable n’est pourtant pas, par défaut, considéré comme un support approuvé par la Loi Evin (celle-ci énumérant les médias autorisés). Interdiction, rappelée par la récente affaire Heineken, condamné par la cour de cassation et contraint à fermer son site français.

Les professionnels du milieu demandent un « aménagement » de la loi Evin avec la prise en compte d’Internet en tant que support de communication. En réponse à cette demande, le Ministre de l’Agriculture, Michel Barnier, a annoncé récemment la création d’un groupe de travail chargé de statuer sur ces questions dans les plus brefs délais...

Site internet de L’ANPAA – récents communiqués de presse sur le sujet : cliquez-ici





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 12 Décembre 2018 - 18:32 Planète Bière Paris 2019

Mercredi 12 Décembre 2018 - 18:20 Café Show 2019 by Sirha